ANTISEMITISME INVISIBLE
logo F24
L IMPASSE DE LA MISERE
LUTTER CONTRE
LES GUERRIERS
LA NOSTALGIE
TITRE WEBDOC
fleche back
fleche next

 

A 36 ans, Kristina est ancien membre de la Garde hongroise, officiellement dissoute en 2009, et milite désormais pour le Jobbik qui “protège les  Hongrois” contre  “la criminalité 
tzigane” et la “finance juive”. Le couple considère la natalité rom comme une menace : “Le problème, c’est qu’ils font trop d’enfants. Moi j'en ai deux, bientôt trois, mais eux ne s'arrêtent pas avant huit! C’est une différence de mentalité : les Hongrois ne font pas d’enfants alors qu’ils savent qu’ils ne pourront pas les assumer”, explique Lazlo, tandis que Kristina estime que “les Roms, se reproduisant entre eux, font des enfants dégénérés”. 


 

Enceinte de sept mois, Kristina souhaite élever son deuxième enfant dans un pays qui respecterait la famille, les traditions, la terre, la patrie. Elle voudrait que sa future petite Aliz – prénom listé par une députée Jobbik comme étant d’origine hongroise, précise-t-elle – grandisse dans une Hongrie qui aurait retrouvé ses frontières de 1919, serait sortie de l’Union européenne et mangerait du goulash à tous les repas. “C’est très important pour moi d’aimer son pays. Avec la mondialisation, on perd nos traditions. Mais la Hongrie est un pays unique et le Jobbik en a conscience. Je ne veux pas que les juifs, avec leurs banques, achètent le pays.”

lazlo-vendeur-2.jpg
face-twit-cred-02.png